MVP Movistar: Un paseo por la historia


De Darryl Middleton à Nikola Mirotic, revoyez les noms légendaires qui ont été couronnés rois chaque saison et découvrez toutes les curiosités entourant le prix. Qui le remportera cette année?

Le combat pour devenir MVP Movistar

  • Middleton, le premier. Darryl Middleton est devenu, officiellement, le premier MVP d’une phase régulière, de retour en 91-92, évoluant alors dans les rangs de Valvi Girona, avec lequel il a ajouté 24 points et 9,1 rebonds par match.

  • Le global au-dessus de la moyenne. Dans les premières années, les critères statistiques ne compliquaient pas beaucoup la vie. Pas de moyennes, plus de règles: le joueur le plus apprécié? Celui qui a abouti à une valorisation plus élevée, sans plus. Au cours de cette saison, il a mené le classement avec 909 crédits d’évaluation, dépassant de peu le 906 d’Arvydas Sabonis. Malgré le fait que la moyenne lituanienne était plus élevée, après avoir joué un match de moins (31,2 contre 30,3), l’agrégat a fait pencher la balance.

  • Middleton et Sabonis, par paires. Fait intéressant, les deux rivaux pour la première place en 1991-92 ont partagé les prix pour les quatre premières années du prix. Middleton, maintenant avec le maillot du CSF, a répété en 92-93 (le premier à le faire) et Sabonis a emboîté le pas, enchaînant deux MVP en 1993-94 et 1995-96.

  • Domination blanche dans les premières années. Quatre des huit premiers MVP étaient du Real Madrid. Outre Sabonis, Dejan Bodiroga (97-98) et Tanoka Beard (98-99) ont certifié la domination de Madrid.

© acb Photo
  • Le triplé de Middleton. L’incombustible Middleton est revenu sur les lieux dans le 99-00, pour obtenir son troisième prix, de nouveau à Gérone. Personne n’a encore atteint son succès.

  • Barbe, sur ses traces. Tanoka, qui a remporté le prix en 2001-02 en jouant pour DKV Joventut, a été le deuxième joueur après Middleton à le faire en défendant deux bandes élastiques différentes.

  • Herrmann, le dernier MVP numérique. En 2002-03, Walter Hermann était le MVP de la Ligue régulière, avec une note moyenne de 25,4 par match. Meilleur buteur de la saison (22,2) et capable d’atteindre 9,6 rebonds en moyenne, l’Argentin de Jabones Pardo Fuenlabrada a remporté le dernier MVP délivré uniquement sur la base des chiffres.

  • Nocioni, avec jury. En 2003-2004, la méthode d’attribution du prix a changé. Cette année-là, le MVP et le Quintette Idéal ont été choisis sur la base des votes sur acb.com, ainsi que d’un jury de 35 experts et journalistes spécialisés. Sous cette formule, le baskoniste bat Lou Roe et, l’année suivante, Luis Scola fait ses débuts.

  • Navarro, exalté par les techniciens. L’avant-dernier changement de format a eu lieu en 2005-06, lorsque le prix a été voté par les entraîneurs qui souffraient chaque semaine aux stars de la compétition. Dans ce cours, Navarro a gagné, avec 5 voix, en battant Jorge Garbajosa (4) et Luis Scola (4).

photo acb

© acb photo
  • Le ‘Bomba’, premier national. Précisément, ce prix de Navarro était, à son tour, le premier prix pour un joueur de Barcelone et pour un joueur espagnol. Depuis lors, deux saisons vierges sont le maximum que les Espagnols ont traversé dans leur combat pour le MVP.

  • En 2006-07, le format actuel. Luis Scola s’est de nouveau habillé en MVP en 2006-07, lorsqu’un moyen de choisir le meilleur joueur de la saison a été publié, un vote au cours duquel les votes de quatre domaines (joueurs, entraîneurs, fans et médias) comptaient à parts égales pour déterminer le meilleur.

  • Saveur baskoniste au nouveau siècle. Quatre des huit récompenses entre 2004 et 2011 ont été remportées par des joueurs de l’équipe de Vitoria: Nocioni (2003-04), Scola (2004-05), Splitter (2009-10) et San Emeterio (2010-11).

photo acb

© acb Photo
  • Panko, le retour des Américains. Après avoir dominé le record de 1996 à 2002, à la seule exception de Bodiroga, les États-Unis sont restés une décennie sans MVP de leur pays. Andy Panko l’a fait, avec le GBC.

  • Une autre période tachée de blanc. Au cours de la dernière décennie, le Real Madrid a pu enchaîner 4 récompenses dans 6 parcours. Entre 2013 et 2018, ils ont conquis le MVP Mirotic (2012-13), Felipe Reyes (2014-15), Sergio Llull (2016-17) et Luka Doncic (2017-18).

  • Mirotic, le premier des deux côtés. Nikola Mirotic est devenu le premier joueur capable d’être MVP Movistar à la fois en blanc et à Barcelone (2019-20). De plus, les 7 années qui se sont écoulées entre un prix et un autre sont également un record.

acb Photo / M. Pozo

© acb Photo / M. Pozo
  • Le défi de faire correspondre Darryl. Il n’y a qu’un seul joueur avec trois MVP, devant un club sélectionné de doubles vainqueurs: Sabonis, Scola, Beard et ses contemporains Reyes et Mirotic.

  • Un podium inégal. Dans l’équilibre historique, le Real Madrid a réalisé 9 titres, suivi de près par les Baskoniens, avec 7. De là, Gérone est loin (3), et encore plus Joventut, Barça et Betis (anciennement Caja San Fernando), avec 2. Fuenla, Valencia BC, GBC et Gijón s’en contentent.

  • Les États-Unis toujours en tête. Malgré la sécheresse des joueurs américains (depuis que Doellman a gagné en 2014 il n’y avait plus de compatriote pour l’imiter), c’est toujours le pays avec le plus de MVP, un total de dix. L’Espagne l’a remporté 7 fois et l’Argentine 5. Sabonis a placé la Lituanie en quatrième position du classement (2), avec la présence de la Serbie, du Brésil, de la Grèce et de la Slovénie.

An Joueur équipe
1991-92 Darryl Middleton Valvi Gérone
1992-1993 Darryl Middleton Boîte de San Fernando
1993-94 Arvydas sabonis Real Madrid
1994-1995 Arvydas sabonis Real Madrid
1995-96 Michael Anderson Boîte de San Fernando
1996-1997 Kenny vert Taugres
1997-98 Dejan Bodiroga Real Madrid
1998-99 Barbe de Tanoka Real Madrid
1999-2000 Darryl Middleton Casademont Gérone
2000-01 Lou roe Basketball de Gijón
2001-02 Barbe de Tanoka DKV Joventut
2002-03 Walter Herrmann Savons Pardo Fuenlabrada
2003-04 Andres Nocioni Céramique TAU
2004-05 Luis Scola Céramique TAU
2005-06 Juan Carlos Navarro Winterthur FC Barcelone
2006-07 Luis Scola Céramique TAU
2007-08 Marc Gasol Akasvayu Gérone
2008-09 Felipe Reyes Real Madrid
2009-10 Séparateur Tiago Boîte de travail
2010-11 Fernando San Emeterio Boîte de travail
2011-12 Andy Panko Lagun Aro GBC
2012-13 Nikola Mirotic Real Madrid
2013-14 Justin Doellman Valence
2014-15 Felipe Reyes Real Madrid
2015-16 Ioannis Bourousis Travail de Kutxa Baskonia
2016-17 Sergio Llull Real Madrid
2017-18 Luka doncic Real Madrid
2018-19 Nicolas Laprovittola Divina Seguros Joventut
2019-20 Nikola Mirotic Barça

Curiosités du meilleur quintette

  • Le défi impossible des cinq présences. Ni l’ajout des apparitions du meilleur quintette ni du deuxième meilleur quintette ne permet à personne d’atteindre les cinq présences historiques. Rudy Fernández, Felipe Reyes, Juan Carlos Navarro et Luis Scola, les seuls à avoir figuré dans le meilleur quintette à quatre reprises, avec l’Argentin comme le seul capable de l’atteindre consécutivement (2004-07). De plus, Tomic et Campazzo ajoutent également quatre présences, bien que seulement deux figurent dans le meilleur quintette.

  • Pour le quatrième. Plusieurs joueurs ont crédité trois apparitions et ont commencé la Ligue Endesa 2020-21 à la recherche du quatrième: Sergio Llull (le 3 du meilleur Quintette), Bojan Dublejvic, Nikola Mirotic (les deux Monténégrins avec 2 présences dans le meilleur Quintette et une dans le Deuxième meilleur quintette) et Adam Hanga (une fois dans le premier, deux fois dans le second).

  • La longévité de Felipe Reyes. Le madridista est apparu dans le «5» idéal de 2006-07 pour la première fois et en 2014-15 pour la dernière fois. Personne n’avait réussi à le faire à huit ans d’intervalle.

  • Égalité technique au classement. Égalité maximale entre le Real Madrid et la Baskonia, avec 24 présences pour chaque équipe, bien que les Vitorians l’aient réalisé avec 15 joueurs différents et les Madridistas, avec 12. Le Barça (17) semble loin derrière, ce qui précède encore plus Valence BC. (8), Estu (6), Unicaja (6) et Joventut (4).

  • Les Espagnols, les plus nominés. Contrairement au MVP Movistar, en termes de Meilleurs Quintettes, les Espagnols prennent les devants, avec 38 présence de la main d’une vingtaine de joueurs différents. Il est suivi de l’Argentine, avec 14, et des États-Unis, avec 9, sans se répéter non plus. Croatie (6), France, Géorgie (5), Serbie, Brésil, Monténégro et Slovénie (4), ensuite.

photo acb

© acb Photo

Le Quintette idéal, année après année

2003-04

Elmer Bennett (Real Madrid), Dejan Bodiroga (FC Barcelone), Andrés Nocioni (Céramique TAU), Lou Roe (Etosa Alicante), Luis Scola (TAU Cerámica)

2004-05

José Manuel Calderón (TAU Cerámica), Charlie Bell (Leche Río Breogán), Carlos Jiménez (Adecco Estudiantes), Jorge Garbajosa (Unicaja) et Luis Scola (Céramique TAU).

2005-06

Pablo Prigioni (Céramique TAU), Juan Carlos Navarro (Winterthur FC Barcelone), Carlos Jiménez (étudiants Adecco), Jorge Garbajosa (Unicaja), Luis Scola (TAU Cerámica).

2006-07

Pablo Prigioni (TAU Cerámica), Juan Carlos Navarro (Winterthur FC Barcelone), Rudy Fernández (DKV Joventut), Felipe Reyes (Real Madrid), Luis Scola.

2007-08

Ricky Rubio (DKV Joventut), Marcelinho Huertas (iurbentia Bilbao Basket), Rudy Fernández (DKV Joventut), Felipe Reyes (Real Madrid), Marc Gasol (Akasvayu Gérone).

2008-09

Pablo Prigioni (TAU Cerámica), Igor Rakocevic (TAU Cerámica), Juan Carlos Navarro (FC Barcelona Regal), Fran Vázquez (FC Barcelona Regal), Felipe Reyes (Real Madrid).

2009-10

Ricky Rubio (Regal FC Barcelona), Juan Carlos Navarro (Regal FC Barcelona), Carlos Suárez (Asefa Estudiantes), Erazem Lorbek (Regal FC Barcelona), Tiago Splitter (Tcaja Laboral).

2010-11

Marcelinho Huertas (Caja Laboral), Jaycee Carroll (Gran Canaria 2014), Fernando San Emeterio (Caja Laboral), Nik Caner-Medley (étudiants Asefa), Ante Tomic (Real Madrid).

2011-12

Sergio Llull (Real Madrid), Sergi Vidal (Lagun Aro GBC), Andy Panko (Lagun Aro GBC), Mirza Teletovic (Caja Laboral), Erazem Lorbek (FC Barcelona Regal).

2012-13

Sergio Rodríguez (Real Madrid), Rudy Fernández (Real Madrid), Andrés Nocioni (Laboral Kutxa), Nikola Mirotic (Real Madrid), Ante Tomic (FC Barcelone Regal).

2013-14

Sergio Rodríguez (Real Madrid), Rudy Fernández (Real Madrid), Romain Sato (Valencia Basket), Nikola Mirotic (Real Madrid), Justin Doellman (panier de Valence).

2014-15

Jayson Granger (Unicaja), Sergio Llull (Real Madrid), Pau Ribas (Valencia Basket), Felipe Reyes (Real Madrid), Marko Todorovic (Basket du Dominion Bilbao).

2015-16

Meilleur quintette: Sergio Rodríguez (Real Madrid), Darius Adams (Laboral Kutxa Baskonia), Alex Mumbrú (Dominion Bilbao Basket), Justin Hamilton (Valencia Basket), Ioannis Bourousis (Laboral Kutxa).

Deuxième meilleur quintette: Tomas Satoransky (Barça Lassa), Marko Popovic (Montakit Fuenlabrada), Adam Hanga (Laboral Kutxa Baskonia), Gustavo Ayón (Real Madrid) et Dejan Musli (ICL Manresa).

2016-17

Meilleur quintette: Sergio Llull (Real Madrid), Edwin Jackson (Movistar Estudiantes), Adam Hanga (Baskonia), Bojan Dubljevic (Valencia Basket), Giorgi Shermadini (MoraBanc Andorra).

Meilleur quintette: Deuxième Meilleur Quintette: Facundo Campazzo (UCAM Murcia), Shane Larkin (Baskonia), Nemanja Nedovic (Unicaja), Anthony Randolph (Real Madrid) et Ante Tomic (Barça Lassa).

2017-18

Meilleur quintette: Gary Neal (Tecnyconta Zaragoza), Luka Doncic (Real Madrid), Sylven Landesberg (Movistar Estudiantes), Tornike Shengelia (Baskonia), Henk Norel (Delteco GBC).

Meilleur quintette: Deuxième meilleur quintette: Thomas Heurtel (Barça Lassa), Facundo Campazzo (Real Madrid), Mateusz Ponitka (Iberostar Tenerife), Bojan Dubljevic (Valence BC), Ante Tomic (Barça Lassa).

2018-19

Meilleur quintette: Facundo Campazzo (Real Madrid), Nicolás Laprovittola (Divina Seguros Joventut), San Okoye (Tecnyconta Zaragoza), Bojan Dulbjevic (Valencia Basket), Walter Tavares (Real Madrid).

Deuxième meilleur quintette: Thomas Heurtel (Barça Lassa), Jaime Fernández (Unicaja), Javier Beirán (Iberostar Tenerife), Tornike Shengelia (Baskonia), Vincent Poirier (Baskonia).

2019-20

Meilleur quintette: Facundo Campazzo (Real Madrid), Klemen Prepelic (Joventut Badalona), Axel Bouteille (RETAbet BB / Unicaja), Nikola Mirotic (Barça), Giorgi Shermadini (Iberostar Tenerife).

Deuxième meilleur quintette: Marcelinho Huertas (Iberostar Tenerife), Adam Hanga (FC Barcelone), Alberto Abalde (Valence BC), Tornike Shengelia (Baskonia), Walter Tavares (Real Madrid).



Fuente de la noticia

Fuente de la imagen: acb.com

0 comentarios

Dejar un comentario

¿Quieres unirte a la conversación?
Siéntete libre de contribuir!

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *